• Charles Taylor jugé coupable des atrocités en Sierra Leone

    L'ancien président du Liberia Charles Taylor est jugé coupable par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone de crimes de guerre et crimes contre l'humanité pour avoir soutenu les rebelles.

    Charles Taylor jugé coupable des atrocités en Sierra Leone

    Le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) a jugé jeudi l'ancien président du Liberia Charles Taylor coupable de crimes de guerre et crimes contre l'humanité pour avoir soutenu les rebelles sierra-léonais qui ont perpétré des atrocités pendant la guerre civile. La peine sera prononcée ultérieurement.

    Le tribunal de Leidschendam rendait son verdict ce jeudi dans le procès de l'ancien président libérien, premier ancien chef d'Etat africain à comparaître devant un tribunal international. Il encourt la réclusion à perpétuité.

    Le président du tribunal Richard Lussick a déclaré que les procureurs avaient prouvé au-delà du doute raisonnable que Charles Taylor était "pénalement responsable" d'avoir aidé et soutenu les rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF) lors de la guerre civile de 1991-2002. Il a évoqué un soutien "durable et significatif", notant que l'ancien seigneur de la guerre, devenu président du Liberia, avait fourni aux rebelles, des armes, munitions, matériel de communications et de planification.

    Charles Taylor, 64 ans, est resté impassible alors qu'il était déclaré coupable des 11 chefs de crimes de guerre et crimes contre l'humanité, dont des charges de meurtre, torture et exploitation d'enfants-soldats, retenus contre lui pour avoir armé et soutenu les rebelles sierra-léonais du (RUF) en échange de diamants extraits illégalement.

    L'ancien président libérien a toujours plaidé non coupable des 11 chefs de crimes de guerre et crimes contre l'humanité, affirmant depuis sept mois qu'il était un homme d'Etat et un pacificateur en Afrique de l'ouest.

    Cris de joie à Freetown

    A Freetown, en Sierra Leone, plusieurs milliers de personnes ont célébré l'annonce de la condamnation de Charles Taylor. Jusu Jarka, président d'une association d'amputés, a perdu ses deux bras en 1999. Il s'est dit heureux que le tribunal ait jugé Charles Taylor "responsable des crimes commis contre le peuple de Sierra Leone".

    Sur une banderole, on pouvait lire l'inscription: "Honte à toi Charles Taylor. Donne-nous tes diamants avant d'aller en prison."

    La guerre civile en Sierra Leone, qui a pris fin en 2002, a fait plus de 50.000 morts. De très nombreux survivants portent des cicatrices de la guerre, tant sur le plan moral que physique. Des rebelles ont coupé des membres de beaucoup de leurs victimes.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :