• Génocide arménien: la Turquie se retire du programme Europe créative de l’UE

     

    Originalbild anzeigen

    Ankara refuse de participer au programme culturel de l'Union européenne en signe de protestation contre le projet de l’Orchestre symphonique de Dresde, intitulé « Aghet » et dédié au génocide des Arméniens perpétré en Turquie sous l’Empire ottoman en 1915-1916.

    La Turquie s'est retirée à titre unilatéral du programme Europe créative de l'Union européenne pour protester contre le projet de l'Orchestre symphonique de Dresde, intitulé « Aghet » et dédié au génocide des Arméniens par les troupes de l'Empire ottoman, annonce dimanche le journal allemand Bild am Sonntag, se référant au porte-parole de l'UE.

    Le projet en question propose en fait une forme de réconciliation, en rapprochant des musiciens et compositeurs turcs, allemands et arméniens. La Turquie a exigé de la Commission européenne qu'elle retire la subvention de 200 000 euros allouée à ce projet, mais Bruxelles a refusé, en demandant néanmoins à l'orchestre de ne pas mentionner le terme de génocide et en retirant de ses propres sites toute allusion à l'évènement, « temporairement, le temps de trouver d'autres formulations ».

    Quoi qu'il en soit, en 2015, en commémoration du centenaire du génocide arménien, des concerts dans le cadre du projet « Aghet » ont été donnés à Berlin, à Istanbul et à Erevan. L'opinion en Europe s'insurge contre ces pressions de la Turquie qui essaie d'imposer des restrictions à la liberté d'expression sur le territoire européen.

    Le programme Europe créative — Culture et MEDIA — est un financement européen dédié aux acteurs culturels et créatifs. Il est doté, pour 2014-2020, de 1,46 milliards d'euros.

    D'après différentes données, un million et demi d'Arméniens ont été exterminés de manière systématique à la fin de l'Empire ottoman. Nombre d'historiens et plus de 20 pays, dont la France, l'Italie et la Russie, ont reconnu le fait du génocide. La Turquie affirme pour sa part qu'il ne s'agissait que d'une guerre civile, doublée d'une famine, dans laquelle 300 000 à 500 000 Arméniens et autant de Turcs avaient trouvé la mort.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :