• L’Arabie saoudite, premier acheteur d’armes au monde

    L’Arabie saoudite, premier acheteur d’armes au monde

    Le royaume saoudien a devancé l’Inde en2014 dans les importations de commandes militaires. C’est aussi le premier client de la France.

    L’Arabie saoudite est devenue en 2014 le premier importateur mondial d’équipements militaires, selon un rapport du cabinet britannique IHS Janes, publié dimanche 8 mars. Le royaume a acheté pour 6,4 milliards de dollars (5,9 milliards d’euros) d’armes l’an dernier, souligne l’étude, qui couvre 65 pays.

    En quinze ans, l’Arabie saoudite a doublé ses commandes militaires

    Deuxième en 2013, l’Arabie saoudite détrône ainsi l’Inde (5,1 milliards d’euros) comme plus grand acheteur d’armes et devient ainsi « le plus important marché des États-Unis », note IHS Janes.

    En l’espace de quinze ans, les Saoudiens ont doublé leurs dépenses militaires. L’an dernier, leurs importations d’armes ont augmenté de 54 %. Elles devraient encore grimper de 52 % en 2015 pour atteindre 9,8 milliards de dollars (9,03 milliards d’euros), poursuit le rapport.

    Nouveau record mondial pour les ventes d’armement

    Le marché des ventes armes est en pleine croissance dans le monde. En 2014, elles « ont augmenté pour la sixième année consécutive », atteignant 59,4 milliards d’euros, contre 51,6 milliards en 2013, soit une augmentation de 13,4 %, estime IHS James.

    Selon le cabinet britannique, « ce chiffre record a été alimenté par une demande sans précédent des économies émergentes pour des avions militaires et la hausse des tensions régionales au Moyen-Orient et (dans la zone) Asie Pacifique ».

    Ce niveau record est atteint alors que le premier traité international sur le commerce des armes classiques est entré en vigueur décembre 2014 pour moraliser le commerce international des armes conventionnelles.

    Le marché du Moyen-Orient

    En 2015, un dollar sur sept dépensés pour l’achat d’armes devrait ainsi être déboursé par l’Arabie saoudite, note le rapport. Il rappelle que « le Moyen-Orient est le plus gros marché régional » pour les ventes d’armes, avec quelque 100 milliards d’euros d’importations potentielles au cours de la décennie à venir.

    À eux seuls, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont importé 7,92 milliards d’euros d’équipements militaires en 2014, soit davantage que toute l’Europe de l’Ouest.

    Les États-Unis, en tête des ventes d’armes

    Du côté des exportations, le rapport note qu’avec des ventes atteignant 22 milliards d’euros, les États-Unis « fournissent un tiers de toutes les exportations mondiales et ont été le principal bénéficiaire de la croissance » de ce marché.

    Loin derrière, on trouve la Russie, numéro deux du marché avec 10,8 milliards d’euros de ventes militaires, soit 9 % de plus qu’en 2013. La Russie fournit principalement la Chine.

    Mais après des années de croissance, « les exportations d’armes russes font face à des difficultés » juge le cabinet IHS Janes qui prédit « une chute » des ventes en 2015, compte tenu notamment des sanctions imposées par les pays occidentaux dans le cadre du conflit ukrainien.

    Une manne pour la France

    L’industrie française d’armement (la quatrième mondiale en termes d’exportations, juste derrière la Grande-Bretagne) profite largement de la demande saoudienne. Sur la période 2004-2013, l’Arabie saoudite demeure son premier client, devant l’Inde, le Brésil et les Émirats Arabes Unis, relève un rapport parlementaire publié en décembre 2014.

    « Nos relations commerciales avec l’Arabie saoudite restent sans équivalent », souligne-t-il, estimant à 1,9 milliard d’euros le montant des achats d’armes françaises par les Saoudiens pour la seule année 2013.

    L’Arabie saoudite ne se contente pas d’acheter des armes. Elle aide aussi ses alliés à en acquérir. Le royaume aurait ainsi soutenu financièrement l’Égypte dans l’achat de 24 avions Rafale au groupe Dassault, annoncé le 16 février, pour 5,2 milliards d’euros.

    Aujourd’hui, près de la moitié des prises de commandes effectuées au profit de l’industrie française sont à destination de la zone Proche et Moyen-Orient.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :