• L’Espagne présente un plan de lutte contre l’excision

    L’Espagne présente un plan de lutte contre l’excision

    Un protocole d’action vient d’être approuvé par les autorités espagnoles. Les familles présumées à risques, originaires de pays où est pratiquée l’excision, devront s’engager par écrit à éviter la mutilation de leurs filles.Des poursuites pénales peuvent ensuite être engagées contre les parents des fillettes ayant subi une excision.

    Les personnes originaires de pays où se pratique la mutilation génitale féminine (MGF) devront s’engager par écrit à ne pas la faire subir à leurs filles avant de quitter l’Espagne pour s’y rendre en voyage. C’est l’une des principales mesures du plan de lutte que viennent d’approuver les autorités espagnoles. « Je m’engage à prendre soin de la santé de la/des mineure(s) dont je suis responsable et à éviter leur mutilation génitale, ainsi qu’à me présenter à une visite de contrôle au retour de voyage », est-il écrit sur le document que les pédiatres feront signer aux parents. Si ces derniers refusent de le signer, les médecins alerteront la justice qui pourra à son tour décider de la mise en place « de mesures de prévention pour éviter » la MGF, selon le ministère de la Santé.

    17 000 victimes potentielles

    Cette procédure sera introduite après l’approbation mercredi d’un « Protocole commun d’action sanitaire » par le ministre de la Santé Alfonso Alonso et des représentants des 17 gouvernements régionaux. « Près de 17 000 filles courent le risque en Espagne d’être victimes de mutilation génitale », d’après le ministère. Plus de 57 000 femmes mutilées vivraient aujourd’hui en Espagne, selon les estimations de la fondation internationale Wassu-UAB, mais il n’existe toutefois pas de registre médical officiel.

    L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recense plus de 125 millions de victimes d’excision dans 29 pays d’Afrique et du Moyen-Orient. L’Unicef note que la pratique est aussi en hausse en Europe, en Australie, au Canada et aux États-Unis, notamment parmi les populations d’immigrants.

    Détecter et recenser ces cas est justement l’un des principaux objectifs du nouveau protocole approuvé mercredi en Espagne, qui explique précisément aux médecins, généralistes et gynécologues, en quoi consiste cette pratique et comment traiter ses séquelles, notamment pendant la grossesse et l’accouchement. Il faut redoubler de vigilance avant un voyage, explique à l’AFP Nieves Crespo, responsable du programme de prévention de la MGF pour l’Union des associations familiales, l’une des ONG qui ont participé à l’élaboration du protocole en Espagne. « Nous n’avons pas d’indice permettant de dire qu’on mutile en Espagne, mais plutôt qu’on profite des voyages avec les filles et que c’est dans les pays d’origines qu’est pratiquée » l’ablation du clitoris ou des lèvres vaginales, explique-t-elle.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :