• Le monde compte 45 millions d'«esclaves»

    storybild
     

    Prostitution forcée, enfants soldats, trafic de personnes... un rapport recense les cas d'esclavage moderne en hausse, sous ses différentes formes.

    Plus de 45 millions de personnes dans le monde sont réduites à une forme moderne d'esclavage, selon une étude publiée mardi. Les deux tiers se trouvent en Asie-Pacifique. Il s'agit d'un chiffre beaucoup plus élevé que ce que l'on pensait auparavant. Cette estimation est avancée par le rapport «2016 Global Slavery Index» de la «Walk Free Foundation», une initiative lancée en 2012 par le magnat australien des mines Andrew Forrest pour sensibiliser aux formes modernes de l'esclavage, qui englobent des cas de figure très différents.

    Cas de figure très divers

    Le rapport avance un nombre de personnes concernées en hausse de 28% par rapport à il y a deux ans. Toutefois, cela traduit une amélioration de la collecte de données, davantage qu'une aggravation du problème, qui reste très difficile à quantifier.

    Trafic de personnes, prostitution forcée, enfants soldats, travail forcé, utilisation des enfants dans le commerce international de stupéfiants... L'ONU relève que ces formes modernes d'esclavage sont très diverses. Ces cas se multiplient aujourd'hui, en grande partie à cause de la vulnérabilité que causent la pauvreté, la discrimination et l'exclusion sociale, selon l'institution.

    L'Inde est, selon le rapport, le pays qui compte le plus de personnes soumises à ces pratiques, soit 18,35 millions de personnes. C'est toutefois en Corée du Nord que l'incidence de ce fléau est la plus forte, 4,37% de la population est directement concernée. C'est surtout dans ce pays que la réponse du gouvernement est la plus faible.

    «Davantage doit être fait»

    Au total, 124 pays ont criminalisé la traite des êtres humains, conformément au Protocole de l'ONU de 2003 visant à prévenir, réprimer et punir cette pratique, en particulier sur les femmes et les enfants. Et 96 pays ont adopté des plans d'action pour coordonner la réponse gouvernementale.

    Cependant, M. Forrest a estimé que davantage devait être fait.

    «Nous appelons les gouvernements des 10 premières économies au monde à promulguer des lois, au moins aussi fortes que le «Modern Slavery Act» britannique de 2015, en prévoyant un budget et des capacités pour s'assurer que les organisations responsables des formes modernes de l'esclavage rendent des comptes», a-t-il dit.

    L'Asie en tête du classement

    C'est en Asie que l'esclavage est le plus répandu. Derrière l'Inde, viennent la Chine (3,39 millions), le Pakistan (2,13 millions), le Bangladesh (1,53 million) et l'Ouzbékistan (1,23 million).

    En terme d'incidence, l'Ouzbékistan (3,97% de la population) et le Cambodge (1,65%) sont sur le podium après la Corée du Nord, seule nation au monde qui n'ait pas explicitement criminalisé les formes contemporaines d'esclavage.

    Par ailleurs, le rapport déplore la faible réponse gouvernementale à ce fléau notamment en Iran, en Chine et à Hong Kong.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :