• Prorogation de la Mission d’assistance des Nations Unies en Somalie (MANUSOM) jusqu’au 31 mars 2017

    Prorogation de la Mission d’assistance des Nations Unies en Somalie (MANUSOM) jusqu’au 31 mars 2017

    Le 24 mars, le Conseil de sécurité a prorogé jusqu’au 31 mars 2017 le mandat de la Mission d’assistance des Nations Unies en Somalie (MANUSOM), qui devra soutenir le processus politique, ainsi que les préparatifs en vue de la tenue d’élections « ouvertes à tous, libres, régulières et transparentes » en 2016 et d’élections « universelles » d’ici à 2020.

    En adoptant, à l’unanimité de ses 15 membres, la résolution 2275 (2016), présentée par le Royaume-Uni, le Conseil de sécurité demande à la MANUSOM de renforcer et de maintenir sa présence dans toutes les capitales des administrations régionales provisoires, « si les conditions de sécurité le permettent », afin de fournir un appui stratégique au processus politique, au processus de paix et de réconciliation et à la réforme du secteur de la sécurité.

    Le Secrétaire général est prié par le Conseil de procéder à un examen de la présence de l’ONU en Somalie après le processus électoral de 2016, afin de veiller à ce que l’action des Nations Unies soit configurée de manière à pouvoir appuyer la prochaine phase de la formation de l’État, « et de lui présenter des options et des recommandations au plus tard le 30 janvier 2017 ».

    Se félicitant que le Président Hassan Sheikh Mohamud et le Gouvernement fédéral somalien se soient engagés à œuvrer en faveur de la tenue d’élections crédibles et ouvertes à tous en 2016, le Conseil de sécurité insiste sur la nécessité d’accomplir des progrès sur la voie de la tenue d’élections universelles d’ici à 2020, notamment en veillant à ce que la Commission électorale nationale indépendante et la Commission des frontières et de la fédération soient opérationnelles dans les plus brefs délais.

    De même, souligne le Conseil, des progrès doivent être accomplis « sans plus tarder » dans le processus de révision de la Constitution dirigé par les Somaliens.  L’objectif, précise-t-il, est de mettre en place un régime fédéral efficace et un large processus de réconciliation qui favorise la cohésion et l’intégration nationales.

    Le Conseil de sécurité souligne également qu’il importe de réformer le secteur de la sécurité, en particulier en constituant de manière rapide et efficace une Armée nationale somalienne et en y intégrant les forces régionales, de façon à ce que celle-ci soit en mesure d’assumer de plus grandes responsabilités en matière de maintien de la paix et de la sécurité et de protection des citoyens somaliens.

    Par le texte qu’il vient d’adopter, le Conseil engage le Gouvernement fédéral somalien à mettre en œuvre l’intégralité de son plan d’action en matière de droits de l’homme, à créer une Commission nationale des droits de l’homme et à adopter des lois visant à protéger ces droits.

    Il se déclare de nouveau préoccupé par le grand nombre de réfugiés et de personnes déplacées, problème auquel le Gouvernement fédéral somalien est prié de proposer des solutions concrètes et durables.  Condamnant tout détournement de l’aide humanitaire et toutes actions y faisant obstacle, le Conseil exige de nouveau que toutes les parties permettent à ceux qui en ont besoin d’y avoir rapidement accès.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :