• "Protection des civils dans les guerres urbaines"

    "Protection des civils dans les guerres urbaines"

    Les conflits armés se livrent de plus en plus en zones peuplées. Selon «Action on Armed Violence», 20 384 civils ont été directement tués ou blessés par des armes explosives dans des zones peuplées en 2018. Lorsque des armes explosives sont utilisées dans des zones peuplées, 90% des victimes étaient des civils.

    Au-delà des morts et des blessés immédiats, l'utilisation d'armes explosives dans des zones peuplées entraîne la destruction d'infrastructures essentielles telles que des maisons, des hôpitaux, des écoles, des systèmes d'approvisionnement en eau et en électricité, et constitue un facteur clé des déplacements de population par-delà et à l'intérieur des frontières.

    La protection des civils contre l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées peut être considérablement renforcée. Le Comité international de la Croix-Rouge et le Secrétaire général des Nations Unies ont indépendamment appelé les parties aux conflits armés à éviter l'utilisation, dans les zones peuplées, d'armes explosives ayant un impact important sur la région.

    Alors que le droit international en vigueur fournit une base solide pour la protection des civils contre les dommages causés par les armes explosives dans les zones peuplées, un nombre croissant de gouvernements se sont déclarés préoccupés par la nécessité de renforcer cette protection et de renforcer l'application du droit international humanitaire. L’amélioration des politiques et des pratiques des parties utilisant des armes explosives contribuerait à prévenir ou à réduire au minimum les dommages causés aux civils.

    Le Secrétaire général de l'ONU a appelé les États à s'engager de manière constructive dans les efforts visant à élaborer une déclaration politique pour lutter contre les dommages causés par l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées.

    La Conférence de Vienne a favorisé une compréhension commune en examinant les différentes formes de dommages causés par l'utilisation d'armes explosives dans des zones peuplées, le contexte juridique et de bons exemples de pratiques militaires. En outre, la Conférence de Vienne a offert un espace pour un échange de vues sur des questions pertinentes concernant la proposition du Secrétaire général d’élaborer une déclaration politique.

    La Conférence de Vienne, qui s’est tenue les 1er et 2 octobre, a réuni des délégations de 133 États pour lutter contre l’utilisation des armes explosives dans les zones peuplées.

    La majorité  d’entre eux ont déclaré être prêts à travailler à une déclaration politique visant à mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Les discussions qui se tiendront pendant six mois seront décisives pour protéger des millions de civils vivant dans les zones de guerre.

    Les États ont répondu à l'invitation de l'Autriche pour entendre les souffrances humaines causées aux civils par les bombardements dans les zones urbaines et pour discuter des aspects techniques, juridiques et militaires des guerres urbaines.

    La prochaine phase de négociations, qui débutera par une première réunion le 18 novembre à Genève, devrait s'achever par une conférence prévue début 2020 à Dublin, au cours de laquelle une déclaration politique devrait être ouverte à signature.

    voir ici

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :