• Saisie de plus d'une tonne d'ivoire en morceaux

    Une saisie d'ivoire.

    Les trafiquants avaient enduit la marchandise d'un produit pour tromper le flair des chiens. Trois personnes ont été arrêtées.

    Les autorités ougandaises ont saisi plus d'une tonne d'ivoire. La marchandise avait été découpée en morceaux et enduite d'un produit chimique visant à empêcher sa détection par les chiens des services des douanes, a-t-on appris lundi 20 février 2017 auprès des services ougandais de protection de la faune sauvage.

    L'ivoire a été saisi samedi dans la banlieue de Kampala, avant son transfert prévu via l'aéroport international d'Entebbe, au sud de la capitale, vers une destination inconnue. Dans cette affaire, deux Bissau-Guinéens et un Libérien ont été arrêtés à Kampala.

    «Au cours d'une opération menée conjointement avec la police, nous avons saisi samedi plus d'une tonne d'ivoire introduit depuis la Tanzanie ou la République démocratique du Congo» (RDC), a déclaré à l'AFP Simplicious Gessa, un porte-parole des services ougandais de protection de la faune sauvage. «L'opération est toujours en cours.»

    «Lois laxistes»

    Les autorités pensent que le réseau de trafiquants implique plus de personnes que les trois hommes arrêtés, dont des agents des douanes ou des employés de sociétés spécialisées dans l'export.

    «Nous pensons que les trafiquants ont utilisé l'Ouganda car nos lois sont assez laxistes», a précisé Simplicious Gessa, regrettant les peines relativement faibles prononcées pour le trafic d'ivoire, «alors que les butins atteignent des millions de dollars».

    «C'est pour cela que nous voulons amender la loi (...), afin que l'Ouganda ne soit plus une des routes utilisées par les trafiquants», a-t-il conclu, soulignant que ce genre de saisie n'est pas rare dans son pays.

    Massacrés pour leur «or blanc»

    Quelque 30.000 éléphants d'Afrique sont tués illégalement chaque année pour leurs défenses en ivoire, principalement afin de satisfaire la demande asiatique. Le commerce de l'«or blanc» est estimé à près de 600 millions de dollars annuels (609 millions de francs).

    Selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), la population des éléphants d'Afrique vient d'enregistrer sa plus importante chute depuis 25 ans: le continent compte environ 415'000 éléphants, soit 111'000 de moins que lors de la dernière décennie.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :