• Vingt millions d’«esclaves modernes» dans le monde

    Vingt millions d’«esclaves modernes» dans le monde

    Le dernier rapport annuel du Département d’État des États-Unis pointe le relâchement de certains pays et fait débat.

    «L’argent peut acheter beaucoup de choses, mais il ne devrait jamais être capable d'acheter un être humain». Le message est clair. Il est signé John Kerry dans l’introduction du rapport annuel du Département d’État américain. Le Secrétaire d’Etat exhorte également le monde à mener un «combat contre l’esclavage moderne». Selon le rapport réalisé par Washington, vingt millions d’êtres humains sont victimes de ce trafic, qui génère chaque année 144 milliards de francs suisses dont 95 milliards pour le seul bénéfice des parrains de l’industrie du sexe.

    Un site propose de faire un test pour savoir combien d'esclaves travaillent pour nous: Slavery Footprint

    La Biélorussie et la Thaïlande en bas de classement

    Le rapport classe les pays sur une échelle à quatre échelons. Si la plupart des pays du Nord sont bien classés, ce n’est pas le cas de la Biélorussie. Ce pays dégringole au classement depuis 2008, dans une chute sans précédent. «De nombreuses femmes biélorusses sont exploitées par des filières d'exploitation sexuelle» peut-on lire dans le document. Mais ce rapport ne se contente pas de traiter le thème de l’exploitation sexuelle. Un décret présidentiel datant du 1er janvier 2015 permet aujourd’hui aux autorités biélorusses de contraindre des individus considérés comme «parasites» à un travail non rémunéré. «Des Biélorusses accusés d’alcoolisme ou dépendant de drogues sont internés dans des centres médicaux sociaux où ils sont sujets à des travaux forcés».

    La Thaïlande fait aussi partie des pays les moins bien classés. Bonne élève en 2008, elle vient d’être reléguée pour la seconde année consécutive au plus bas de l’échelle. L’industrie du sexe y est évidemment une problématique majeure. Une enquête datant d’août 2014 du journal anglais The Guardian a également révélé un vaste trafic d’enfants travailleurs dans les élevages de crevettes.

    L’objectivité du document fait pourtant débat. L’ONG «Alliance to End Slavery» (l’Alliance pour en terminer avec l’esclavage) accuse les Etas-Unis d’ajuster leur évaluation à leur relation avec d’autres pays. Exemple: la Malaisie a quitté cette année le bas du classement. Pourtant, en mai dernier, 139 corps de migrants ont été trouvés dans la jungle entre la Thaïlande et la Malaisie. Sa participation dans les négociations de l’Accord de Partenariat Transpacifique explique peut-être cette nouvelle évaluation.

    Pour sa part, Cuba, avec qui les Etats-Unis ont récemment rétabli leur relation diplomatique, quitte le dernier échelon pour la première fois depuis douze ans.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 6 Août 2015 à 16:10

    Rien d'étonnant pour moi dans ce tableau.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :