• Allemagne : deux ans de prison avec sursis pour un ex-gardien de camp nazi

    Un ancien garde de camp nazi de 93 ans a été condamné jeudi 23 juillet 2020 par le tribunal de Hambourg à deux ans de prison avec sursis pour complicité dans des milliers de meurtres perpétrés en Pologne entre 1944 et 1945. 

    Le tribunal de Hambourg a condamné jeudi à deux ans de prison avec sursis un ancien garde de camp nazi de 93 ans pour complicité dans des milliers de meurtres perpétrés à Stutthof en Pologne entre 1944 et 1945. L'accusé Bruno Dey «est reconnu coupable de complicité dans 5.232 cas de meurtres et tentatives de meurtres», a déclaré la présidente du tribunal Anne Meier-Göring à l'issue d'un procès, probablement l'un des derniers portant sur les atrocités commises sous le IIIe Reich.

    «C'était mal. C'était une terrible injustice. Vous n'auriez pas dû participer à Stutthof», a estimé la juge. «Vous vous considérez comme un observateur. Mais vous étiez un soutien de cet enfer créé par des hommes», a-t-elle dit. Le nonagénaire, âgé de 17 à 18 ans au moment des faits, est jugé sur la base de la législation pour mineurs. Le parquet avait réclamé trois ans de prison, la défense un non lieu.

    Bruno Dey, apparu tout au long des audiences en fauteuil roulant et accompagné de ses proches, a servi entre août 1944 et avril 1945 au camp de concentration de Stutthof, au nord de la Pologne. Au total, quelque 65.000 personnes, essentiellement des Juifs des pays baltes et de Pologne, y sont mortes, abattues d'une balle dans la nuque, gazées au Zyklon B, pendues. Ou bien elles ont succombé au froid, aux épidémies et au travail forcé. L'accusé, posté sur l'un des miradors le surplombant, avait pour devoir d'empêcher toute révolte ou fuite.

    Cela fait-il de lui un coupable? Il affirmait que non. Jamais il n'a «directement fait de mal à quelqu'un». Jamais il ne s'est «porté volontaire pour entrer dans les SS ou servir dans un camp de la mort», mais n'a pas eu d'autre choix que d'accepter son affectation, dit-il. «Vous n'auriez pas dû suivre un ordre criminel, et en aucun cas l'invoquer» pour votre défense, a déclaré la juge.

    Son avocat avait plaidé la clémence, estimant difficile d'attendre qu'un adolescent de 17 ans puisse se démarquer en demandant son transfert, qui aurait sans doute signifié pour lui être envoyé sur le front est. «Servir dans un camp de concentration n'était à l'époque pas considéré comme un crime», avait aussi avancé Stefan Waterkamp. Un argumentaire clairement rejeté par la juge : «En réalité, le message de ce procès est le suivant: il faut veiller à la dignité humaine à tout prix. Oui, et aussi si le prix à payer est sa propre sécurité», a-t-elle lancé.

    Brièvement prisonnier de guerre après 1945, Bruno Dey n'a pas été inquiété par la suite. Il a fait sa vie à Hambourg, fut boulanger, chauffeur de camion et concierge, a fondé une famille. Lundi, il a présenté des excuses «auprès de ceux qui sont passés par cet enfer de folie», disant avoir réellement pris conscience, au fil des neufs mois de procès et de la quarantaine de témoignages, de «toute l'ampleur de la cruauté» des actes commis à Stutthof. Soixante-quinze ans après la fin de la Deuxième guerre mondiale, ce procès pourrait bien être le dernier du genre en raison du grand âge des protagonistes.

    La semaine dernière, le tribunal de Wuppertal avait annoncé la mise en accusation d'un autre ancien gardien de Stutthof de 95 ans, là aussi pour complicité de meurtres. La tenue d'un procès est loin d'être assurée. Une trentaine de procédures sont encore en cours, selon des médias allemands. Ces dernières années, l'Allemagne a jugé et condamné plusieurs anciens SS et élargi aux gardiens de camps le chef d'accusation de complicité de meurtre, illustrant la sévérité accrue, quoique jugée très tardive par les victimes, de sa justice. Le cas le plus emblématique a été la condamnation à 5 ans de prison de l'ancien gardien du camp d'extermination de Sobibor John Demjanjuk en 2011. Il est décédé l'année suivante.


    votre commentaire
  • La Norvège demande pardon auprès de ses « tondues » d’après guerre

    La Norvège a présenté mercredi 17 octobre 2018 ses excuses officielles aux « filles de boches » pour le « traitement indigne » infligé par les autorités au sortir de la Seconde Guerre mondiale à ces femmes qui ont fréquenté des soldats allemands. Une première en Europe, où le châtiment de la tonte s’est répandu en masse à la libération.

    Oslo ouvre la voie à une reconnaissance des exactions d’après guerre, plus de soixante-dix ans après les faits, et un an après le mouvement #MeToo sur les violences faites aux femmes. « De nombreuses jeunes filles et femmes norvégiennes qui avaient eu une relation avec des soldats allemands ou en étaient soupçonnées ont été victimes d’un traitement indigne », a publiquement admis la Première ministre norvégienne, Erna Solberg, mercredi 17 octobre, lors d’un événement visant à marquer le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. « Aujourd’hui, je veux au nom du gouvernement présenter des excuses », a-t-elle dit.

    Arrestations arbitraires

    Ces « filles à boches », comme on les appelait, étaient entre 30 000 et 50 000 en Norvège, selon une estimation du Centre norvégien d’études sur l’Holocauste et les minorités religieuses, qui a publié un rapport sur lequel le gouvernement s’est appuyé pour étayer ses excuses.

    Ces femmes n’ont pas seulement été tondues et exposées à la vindicte populaire. Elles ont également fait l’objet d’arrestations arbitraires, d’enfermement, de licenciements, d’expulsion et de déchéance de la nationalité, ce qui met également en cause les autorités. « Notre conclusion est que les autorités norvégiennes ont violé le principe fondamental qu’aucun citoyen ne devrait être puni sans procès ou condamné sans loi », poursuit Erna Solberg.

    Le châtiment de tonte de la chevelure des femmes est une pratique ancienne que l’on retrouve dans diverses cultures. En Europe, cette humiliation était courante au Moyen Âge contre les femmes adultères. Dans les années 1920, elle cible des Allemandes accusées d’avoir eu des relations avec des Français.

    Voulues comme des privations de féminité, souvent en place publique, ces vengeances prenant les atours de la justice se sont répandues en masse après 1945. De telles cérémonies expiatoires ont eu lieu indifféremment en Italie, en Belgique, mais aussi aux Pays-Bas ou au Danemark. En France, entre 20 000 et 40 000 femmes accusées (à tort ou à raison) de « collaboration horizontale » avec l’occupant allemand auraient été tondues. Mais les excuses publiques ne sont jamais venues.

    « De nombreuses femmes ont été maltraitées à la Libération, mais c’était le fait du peuple dans la rue, plutôt que des autorités », explique l’historien norvégien Kåre Olsen. Une affirmation que l’historien français Alexandre Sumpf tend à nuancer. « Ce sont des civils rendant spontanément la ’’justice’’ (mais dans un cadre officiel, un fonctionnaire étant présent) ou même les pouvoirs en place (notamment les comités locaux de Libération) qui organisent ces très nombreuses ’’cérémonies’’ sur tout le territoire », explique-t-il dans un article.

    Une réparation morale pour les enfants

    Quels effets attendre des excuses norvégiennes, plus de soixante-dix ans après les faits, alors que la plupart des victimes ne sont plus là pour les entendre ? « De bonnes excuses peuvent avoir beaucoup de pouvoir », insiste Guri Hjeltnes, responsable du Centre norvégien d’études sur l’Holocauste et les minorités religieuses.

    Reidar Gabler, présent durant les excuses officielles, en témoigne. Sa mère n’avait que 22 ans en 1944, lorsqu’elle tomba amoureuse d’un soldat allemand de 25 ans. À la libération, elle et son fils furent expulsés en Allemagne. « Les personnes directement affectées ne sont plus avec nous… mais cela touche aussi leur famille et leurs enfants », souligne-t-il.

    Pendant la guerre, le ministre du Reich à l’Intérieur Heinrich Himmler avait encouragé les soldats allemands à avoir des enfants avec des Norvégiennes, estimant que cela pourrait renforcer la race aryenne. Entre 10 000 et 12 000 enfants seraient ainsi nés d’une union mixte. En 2007, un recours collectif avait été déposé contre la Norvège devant la Cour européenne des droits de l’homme, mais avait été jugé irrecevable en raison de la prescription des faits.

    Pour mémoire: Le 8 mai 1945, l’Allemagne capitula, et la Norvège redevint un pays libre. Environ 50000 Norvégiens furent jugés coupables de trahison après la guerre. Ils avaient été membres du parti national-socialiste norvégien, Nasjonal Samling, qui avait sympathisé et collaboré avec les Nazis. 25 personnes furent exécutées pour trahison après la guerre.


    votre commentaire
  • Si elle entrait en vigueur, la loi punirait de prison ceux qui mettent en cause la Pologne dans les crimes contre les Juifs.

    Le Sénat polonais a voté dans la nuit du 31 janvier une loi controversée sur la Shoah, destinée à défendre l'image du pays, mais qui a irrité Israël et fait l'objet d'un sérieux avertissement américain. Pour entrer en vigueur, la loi doit être encore signée par le président polonais Andrzej Duda.

    Les Etats-Unis ont exprimé mercredi leur «inquiétude» quant aux conséquences de cette loi. Elle risque d'avoir des «répercussions» sur «les intérêts et relations stratégiques de la Pologne, y compris avec les Etats-Unis et Israël», a mis en garde la porte-parole du département d'Etat Heather Nauert, estimant que d'éventuelles divisions entre alliés «ne profiteraient qu'à nos rivaux». Elle a appelé la Pologne «à réexaminer la loi à la lumière de ses possibles conséquences sur la liberté d'expression et sur notre capacité à être de bons partenaires».

    La loi punit par des amendes ou des peines de prison allant jusqu'à trois ans de réclusion ceux qui attribuent «à la nation ou à l'Etat polonais» des crimes commis par les nazis allemands en Pologne occupée. Aux yeux des conservateurs au pouvoir en Pologne, il s'agit en priorité d'empêcher qu'on utilise l'expression «camps de la mort polonais» à propos de ceux installés par les nazis allemands en Pologne occupée.

    Mais les responsables israéliens s'émeuvent surtout d'un passage où ils voient une tentative de nier la participation de certains Polonais à l'extermination des juifs, voire la possibilité de poursuivre des survivants de la Shoah qui évoqueraient de tels cas. Après l'adoption du projet de loi par la chambre basse vendredi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a protesté vivement: «Nous ne tolérerons pas qu'on déforme la vérité et réécrive l'Histoire ou qu'on nie l'Holocauste», a-t-il dit.

    Des protestations d'organisations juives à l'étranger ont suivi. Mais le Sénat a adopté le texte sans le modifier.

    Pour le vice-ministre polonais de la Justice Patryk Jaki intervenant mercredi devant le Sénat, la violence de la réaction de l'Etat hébreu serait en partie explicable par des questions de politique intérieure israélienne.

    Une proposition de loi a été présentée mercredi à la Knesseth et a obtenu l'appui de principe de 61 députés israéliens sur 120. Ce texte, présenté par un de ses promoteurs, le député Itzik Shmuli (Union sioniste), comme une réaction à la loi polonaise, introduit une peine de cinq ans de prison pour ceux qui «réduisent ou nient le rôle de ceux qui ont aidé les nazis dans les crimes commis contre les Juifs».

    A Varsovie, une centaine d'artistes, journalistes et hommes politiques polonais, dont la réalisatrice Agnieszka Holland, l'ancien président de gauche Aleksander Kwasniewski et l'ancien chef de la diplomatie, le libéral Radoslaw Sikorski, ont signé un appel demandant que le projet de loi soit amendé afin d'en éliminer la pénalisation des expressions blessantes pour la Pologne. Ils ont demandé à l'opinion de «maîtriser les émotions, pour le bien commun que sont la vérité et le dialogue polono-israélien depuis un quart de siècle».

    6700 Justes

    Un groupe de Juifs polonais a également publié une lettre ouverte pour mettre en garde contre la nouvelle loi. Celle-ci «peut conduire à pénaliser ceux qui disent la vérité sur les délateurs polonais et ces citoyens polonais qui assassinaient leurs voisins juifs». Elle «limite non seulement la liberté d'expression, mais avant tout conduit à falsifier l'histoire», ont-ils mis en garde.

    Le voïvode (préfet) de Varsovie a de son côté interdit «pour des raisons de sécurité» une manifestation annoncée pour mercredi après-midi par des milieux nationalistes devant l'ambassade d'Israël.

    La Pologne occupée par l'Allemagne nazie fut le seul territoire où les Allemands décrétèrent que toute sorte d'aide aux Juifs était passible de la peine de mort. Le site du mémorial Yad Vashem à Jérusalem, dédié à la mémoire de la Shoah, recense 6700 Polonais distingués comme «Justes parmi les Nations» pour avoir aidé les Juifs sous l'occupation nazie.

    Le 30 janvier 2018, une médaille y a été décernée à titre posthume à trois Polonais reconnus «Justes parmi les Nations». Un porte-parole de Yad Vashem a assuré à l'AFP que la cérémonie était prévue de longue date et que la coïncidence avec la controverse était fortuite. Six millions de Polonais, dont trois millions de Juifs, ont été tués pendant la Seconde guerre mondiale.


    votre commentaire
  • La justice refuse à des survivants de Nagasaki un statut officiel de victimes

    La Cour suprême du Japon a rejeté la demande de 387 survivants du bombardement de Nagasaki, qui demandaient à obtenir le statut de victimes officielles.

    Ils ont survécu à la bombe atomique de Nagasaki en 1945, mais ils ne se trouvaient pas dans le périmètre défini par les autorités pour obtenir le statut de victimes officielles: c'est du moins ce qu'a décidé lundi la Cour suprême du Japon.

    La Cour a rejeté la demande de 387 survivants qui se trouvaient à moins de 12 kilomètres de l'épicentre, mais en dehors de la zone reconnue par le gouvernement, selon la chaîne publique NHK et un porte-parole de la juridiction.

    Les survivants dans leur cas de figure peuvent uniquement recevoir des soins gratuits pour des troubles mentaux liés à la bombe et leurs complications, selon un responsable de la préfecture de Nagasaki, sur l'île de Kyushu (sud-ouest).

    Au total, 6278 personnes sont encore comprises dans cette catégorie, mais elles doivent vivre à Nagasaki pour recevoir ces traitements gratuits, a-t-il précisé à l'AFP.

    En revanche, les survivants officiellement reconnus comme victimes de la bombe "peuvent recevoir des soins pour presque tous les types de maladies, peu importe où ils vivent", a-t-il ajouté.

    "Je suis déçue", a déclaré à la NHK Chiyoko Iwanaga, une survivante de 81 ans à l'initiative du combat en justice pour l'extension de cette reconnaissance officielle.

    "Je ne sais pas comment expliquer (la décision de la Cour suprême, NDLR) à ceux qui ont du mal à payer leurs frais médicaux et à ceux qui sont hospitalisés", a-t-elle ajouté.

    Le gouvernement japonais accorde le statut de victime officielle de la bombe atomique aux personnes qui se trouvaient dans un périmètre ovale de 12 kilomètres de long, mais de seulement 7 kilomètres de large.


    votre commentaire
  •  

    La question des réparations de guerre, évoquée récemment par la Pologne, est réglée «depuis 1953» pour Berlin.

    L'Allemagne n'a pas à verser de réparations de guerre à la Pologne, le sujet étant réglé «depuis 1953», a déclaré vendredi 8 septembre 2017 le gouvernement allemand après que Varsovie a indiqué avoir le «droit» d'en réclamer.

    Abandon des demandes

    «Du point de vue du gouvernement fédéral, il n'y a aucune raison de douter de la validité juridique de la renonciation aux réparations de 1953. Dès lors, pour nous, cette question est définitivement réglée d'un point de vue légal et politique», a déclaré Steffen Seibert, le porte-parole de la chancelière Angela Merkel.

    Il a souligné que Varsovie «a confirmé (renoncer aux réparations) à plusieurs reprises, en 1970 et 2004 notamment».

     

    «Décision politique»

    Le gouvernement polonais dispute la validité de l'abandon des demandes en 1953, estimant que Varsovie, alors membre du bloc communiste, agissait sous pression de l'URSS.

    La Première ministre polonaise Beata Szydlo, issue du parti conservateur nationaliste PiS, a estimé jeudi que son pays avait «droit» à des réparations mais que la «décision politique» d'en demander n'avait pas encore été prise.

    Responsabilité assumée

    La relance de cette question intervient aussi après que le chef du parti conservateur au pouvoir Jaroslaw Kaczynski a accusé l'Allemagne de rejeter sa responsabilité pour le dernier conflit mondial.

    Le porte-parole d'Angela Merkel a à ce titre souligné que l'Allemagne «assume sa responsabilité pour la Seconde Guerre mondiale» et qu'il ne peut «y avoir aucun doute à ce sujet».

    «L'Allemagne a attaqué la Pologne. C'était le début de la Seconde Guerre Mondiale déclenchée par l'Allemagne nationale-socialiste et le début de crimes inimaginables commis contre notre voisin polonais», a-t-il rappelé au sujet de l'invasion de la Pologne le 1er septembre 1939.

    «Les Allemands n'ont pas le droit d'oublier et n'oublieront jamais ce qui a été fait à la Pologne au nom de notre peuple», a-t-il ajouté.

    Réformes controversées

    Cette nouvelle dispute germano-polonaise s'inscrit dans le contexte de tensions croissantes entre Varsovie et l'UE qui s'inquiète de l'évolution de l'Etat de droit dans ce pays en raison de réformes controversées. Angela Merkel a ainsi indiqué fin août ne pas «pouvoir se taire» face aux atteintes à l'Etat de droit chez son voisin.

    La Commission européenne menace aussi de déclencher l'application de l'article 7 du traité de l'UE si la Pologne maintenait ses réformes en l'état. Cette procédure inédite peut aboutir à une suspension des droits de vote du pays au sein du Conseil de l'Union.


    votre commentaire
  • 1er octobre 1946, le verdict du procès de Nuremberg

    Dernier acte du procès de Nuremberg, le 1er octobre 1946, le Tribunal militaire international chargé de juger les crimes nazis commis durant la Seconde Guerre mondiale condamne à mort par pendaison douze hauts dirigeants allemands.

    Le 30 septembre 1946, un an après la première réunion du Tribunal militaire international chargé de juger vingt-quatre hauts dirigeants allemands accusés de crime contre la paix, crime de guerre et crime contre l’humanité, ainsi que huit organisations de l’Allemagne nazie, s’ouvre le dernier acte du procès de Nuremberg.

     

    Tout au long de cette journée, les quatre juges représentant les quatre pays vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale – États-Unis, URSS, Grande-Bretagne et France – décrivent le nazisme, ses crimes et énoncent les preuves contre les accusés.

    Le 1er octobre, à 13 h 50, la Cour se réunit pour la dernière fois. Les accusés sont introduits un par un. Chacun d’entre eux écoute, debout, la lecture de la peine qui le frappe, puis est ramené dans sa cellule, tandis que l’accusé suivant vient prendre sa place dans le box.

    Douze d’entre eux sont condamnés à mort par pendaison : Goering, Ribbentrop, Keitel, Kaltenbrunner, Streicher, Frank, Frick, Rosenberg, Sauckel, Jodl et Seyss-Inquart (ainsi que Bormann par contumace). Hess, Funk et Raeder sont quant à eux condamnés à la prison à vie ; Neurath, Dönitz, von Schirach et Speer à plusieurs années de détention. Enfin, Schacht, von Papen et Fritzche seront acquittés. Un acquittement contre lequel s’élèveront le juge américain Robert Jackson ainsi que les Soviétiques.

    Les condamnés à mort seront pendus le 16 octobre 1946, excepté Goering qui s’était empoisonné la veille dans sa cellule.

    *  *

    Le rideau s’est levé lundi 1ier octobre 1946 matin à 10 heures, sur le dernier acte du procès de Nuremberg. Depuis les premières heures du jour, la vieille cité connaît une animation inaccoutumée. Aux portes de la ville, la Military Police examine les papiers de tous ceux qui viennent de l’extérieur et visite minutieusement leurs bagages.

    Des auto-mitrailleuses et des chars légers ont été disposés aux abords du Palais de Justice, dont toutes les entrées sont gardées par d’imposants détachements de M. P. Un contrôle sévère s’exerce à l’intérieur du vaste bâtiment. Ceux qui sortent du prétoire doivent montrer leurs papiers tout comme les arrivants.

    L’audience est ouverte

    C’est en présence d’une foule considérable qu’à 10 heures le président Lawrence déclare l’audience ouverte.

    À leur banc les accusés affectent l’indifférence.

    Le juge président Lawrence prend le premier la parole. Il donne lecture de la partie du jugement qui concerne l’exposé des faits. D’une voix ferme, il passe en revue toutes les activités du parti nazi depuis sa fondation en 1920 et décrit successivement les attaques menées contre la structure démocratique de la République de Weimar, les négociations qui amenèrent le maréchal Hindenbourg à nommer Hitler au poste de chancelier du Reich, le 30 janvier 1933, le réarmement militaire de l’Allemagne en contravention des clauses du traité de Versailles, le pacte Briand-Kellog contresigné par l’Allemagne, l’occupation de la Rhénanie.

    Puis le président Lawrence examine la question de la responsabilité individuelle des 21 accusés – À l’égard des crimes, l’excuse tirée de l’ordre supérieur n’entraîne pas l’exemption de la peine ; elle ne peut déterminer qu’une réduction de celle-ci.

    Les guerres d’agression sont des crimes

    Le jugement déclare ensuite que les guerres d’agression sont des crimes, puis il passe à l’étude de ce qu’il appelle les actes d’agression et en premier lieu de l’annexion de l’Autriche et de la Tchécoslovaquie. Et d’évoquer les pourparlers entre M. Chamberlain et Hitler, au cours desquels celui-ci donnait des assurances formelles à son interlocuteur. Mais dans le même temps, le maître de l’Allemagne donnait à la Wehrmacht la consigne d’être prête à tous moments à écraser le reste de la Tchécoslovaquie, et cet ordre était contresigné par le maréchal Keitel.

    Doivent être également tenues pour des crimes au sens du statut international, l’attaque contre la Pologne, l’invasion du Danemark, de la Norvège, de la Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg, les agressions contre la Grèce et la Yougoslavie.

    Sir Norman Birkett succède au président Lawrence et poursuit la lecture de l’exposé des faits. Il aborde le chapitre consacré à l’agression contre l’U.R.S.S.

    – Dès la fin de l’été 1940 l’Allemagne a préparé l’invasion de l’U.R.S.S. Après avoir entraîné la Hongrie, la Roumanie et la Finlande dans l’attaque qu’il préparait, le Reich attaque la Russie sans déclaration de guerre. Dans ces conditions, l’invasion de l’U.R.S.S constitue un acte d’agression pur et simple et, comme tel, un crime.

    La responsabilité des accusés est entière

    La Cour met ensuite en pièce l’un des principaux arguments de la défense. Celle-ci prétendait que, Hitler étant un dictateur tout-puissant, la responsabilité des accusés était considérablement atténuée.

    – Hitler ne pouvait faire une guerre d’agression tout seul : il lui fallait bénéficier de la collaboration d’hommes d’État, de chefs militaires, de diplomates et d’hommes d’affaires. Quand en pleine connaissance de ses buts, ils lui ont apporté leur concours, ils sont devenus les participants d’un plan qui était conçu. Le fait que leur tâche leur était fixée par un dictateur ne les affranchit pas de la responsabilité de leurs côtés.

    Après une courte suspension d’audience, c’est au tour du représentant de la France, Mr Donnedieu de Vabres, de poursuivre la lecture du jugement.

    L’audience est levée à 13 heures pour être reprise 14 h 30. M. Françis Biddle, juge américain en titre, succède au magistrat français. Il énumère les traités internationaux successivement violés par l’Allemagne, puis en vient aux crimes contre l’humanité qui dit-il, « résultent des conceptions nazies de la guerre totale et d’un froid calcul ».

    – En U.R.S.S. par exemple, les mauvais traitements infligés à la population civile furent fixés dans leurs moindres détails, longtemps avant l’attaque proprement dite.

    Le travail forcé, l’assassinat des commandos anglo-américains, les aviateurs alliés contraints de se poser dans le Reich, l’extermination des commissaires politiques russes, furent exécutés en vertu d’ordres émanents des plus hautes sphères de la hiérarchie nationale-socialiste.

    L’exposé des faits concerne ensuite les assassinats et mauvais traitements dont furent victimes les populations civiles des territoires occupés par le Reich. M. Biddle évoque le fameux décret « Nacht und Nebel » en vertu duquel les adversaires de l’Allemagne étaient déportés dans des camps d’où ils ne revenaient jamais.

    À 13 h 50, la Cour se réunit pour la dernière fois. Le président Lawrence annonce que les sentences vont être rendues. Les accusés sont introduits un par un ; chacun d’entre eux écoute, debout, la lecture de la peine qui le frappe, puis est ramené dans sa cellule, tandis que l’accusé suivant vient prendre sa place dans le box.

    Goring, Ribbentrop, Keitel, Kaltenbrunner, Rosenberg, Franck, Frick, Streicher, Jodl, Seyss-Inquart, Sauckel, sont condamnés à mort par pendaison. Bormann est condamné à la même peine par contumace.

    Hess, Funk, Raeder sont condamnés à vingt ans d’emprisonnement ; Neurath qui a bénéficié des circonstances atténuantes, à quinze ans, et Donitz, à dix ans la même peine.

    Pendant la lecture de la sentence qui les frappe de la peine de mort, Goering et Ribbentrop sont demeurés impassibles ; Keitel, lui, se tient dans un garde-à-vous rigide ; Frick semble accablé et demeure sans réaction ; Funk enregistre, les yeux hagards, l’énoncé de la sentence ; Sauckel paraît être surpris de sa condamnation, avant de disparaître il jette à la Cour un regard vindicatif ; le visage de Jodl ne traduit aucune émotion ; Seyss-Inquart, les mains crispés sur le bord du box, écoute la sentence qui le frappe et s’incline profondément devant la Cour avant de se retirer.

    Une protestation soviétique

    Avant de lever l’audience, le président Lawrence a donné lecture d’une protestation rédigée par le juge soviétique. Elle est ainsi conçue : « Le membre soviétique du tribunal militaire international désir exprimer son sentiment à l’égard des décisions concernant les accusés Schacht, von Papen et Fritsch. Il pense qu’ils auraient dû être condamnés et non pas acquittés. Il n’est pas non plus d’accord sur les décisions qui concernent le cabinet du Reich, le haut-commandement et l’état-major général pensant qu’ils auraient dû être déclarés organisations criminelles. Il n’est pas non plus d’accord pour la décision qui concerne la sentence de l’accusé Hess et pense que celle-ci aurait dû dire la peine de mort et non pas l’emprisonnement à vie. »

    Cette opinion contradictoire sera consignée par écrit, annexée au jugement et publiée dès que possible.

    Le juge Jackson s’élève contre l’acquittement de Schacht et de von Papen

    De son côté, le juge Jackson procureur général des États-Unis, regrette que le tribunal a acquitté Schacht et von Papen et qu’il n’ait pas déclaré criminel le haut état-major et le commandement en chef de la Wehrmacht.

    – Les arguments soutenus par le ministère public qui lui étaient apparus comme particulièrement convaincants ne paraissent pas avoir produit une impression aussi vive sur le tribunal.

    Il est impossible de prévoir, dès maintenant, les effets que pourront avoir ces acquittements sur les procès ultérieurs contre les industriels et les états-majors militaires, tels que les procès ont été prévus et étudiés jusqu’à présent. Cependant, je considère personnellement que la condamnation ou le verdict de culpabilité rendu contre les individus est d’importance secondaire en comparaison à la portée de la décision du tribunal internationale selon laquelle les guerres d’agression sont criminelles et les persécutions des minorités conquises à des fins raciales, religieuses ou politiques, sont également criminelles.

    Après l’acquittement de Schacht, von Papen et Fritsch

    Schacht, von Papen et Fritsch ont tenu, mardi après-midi une véritable conférence de presse. Le Dr. Schnacht a déclaré qu’il était convaincu que le tribunal l’acquitterait. En revanche, certaines condamnations lui ont paru trop lourdes.

    Interrogé sur ses projets, von Papen a déclaré que sa vie politique était désormais terminée. Quant à Fritsch, il a confié aux journalistes qu’il n’avait pas l’intention de reprendre la parole à la radio ?

    – J’éprouve maintenant a-t-il ajouté, le besoin impérieux de me justifier devant un tribunal allemand, par exemple, devant une Chambre de dénazification, pour pouvoir expliquer enfin au peuple allemand pourquoi j’ai fait à la radio allemande, pendant la guerre, les déclarations que vous connaissez.

    Un porte-parole du Conseil de contrôle allié a déclaré que les onze condamnés à mort seront pendus le 16 octobre dans la prison de Nuremberg.

    Les condamnés seront autorisés à revoir une fois les membres de leur famille et seront accompagnés par un aumônier jusqu’à la potence. Leurs tombes ne porteront ni noms, ni signes d’ucune sorte et le lieu de leur inhumation sera tenu secret.

    Tous les condamnés signeront le recours en grâce

    Les onze criminels de guerre condamnés à mort vont signer leur recours en grâce devant le Conseil de contrôle interallié de Berlin.

    D’après la coutume du droit allemand, admise par le tribunal militaire international, le défenseur de chaque accusé peut même signer en lieu et place de son client, si celui-ci refuse de signer lui-même son propre recours en grâce. On pense que c’est peut-être le cas de Frank, qui a manifesté l’intention de ne pas se soustraire au châtiment.

    Keitel et Jodl entendent demander au Conseil de contrôle interallié la faveur de ne pas être pendu mais fusillés.

    D’autres accusés solliciteront du Conseil de contrôle interallié une réduction de leur peine. C’est ainsi que Walter Funk, ancien plénipotentiaire à l’Économie du Reich et président de la Reichsbank estime que la détention à perpétuité est pour lui un châtiment un juste, et il a déjà envoyé par l’intermédiaire de son avocate une demande en réduction de peine.

    La Tchécoslovaquie demanderait l’extradition de von Neurath

    On prête au gouvernement tchécoslovaque l’intention de réclamer l’extradition de von Neurath, afin de le faire passer à nouveau en jugement. Dans les milieux officiels, on considère que la condamnation à quize ans de prison infligée à l’ancien protecteur de Bohème-Moravie est trop légère.

    Commentant le verdict de Nuremberg, les Izvestia écrivent : « Une telle indulgence des juges provoquera une profonde déception et une grande incompréhension dans les plus larges couches sociales. Il est également incompréhensible que le tribunal international ait reconnu non coupable le gouvernement hitlérien et le haut-commandement de la Wehrmarcht. Ce sont pourtant ces deux organisations qui sont à la base de toutes les entreprises et de tous les crimes qui viennent d’envoyer à l’échafaud les Goering, Ribentrop et autres Keitel. Il est incontestable que le gouvernement hitlérien et le haut-commandement allemand ne se distinguaient en rien des organisations telles que les SS, la Gestapo, ou la SD qui ont été reconnues coupables. Le fait que les juges de Nuremberg n’aient pas condamné de la même façon le gouvernement hitlérien et le haut-commandement de la Wehrmacht constitue sans aucun doute une faute grave. »

    La Suisse regrette que le procès n’ait pas été conduit par des juges neutres

    Les journaux suisses ont consacré des colonnes entières au verdict de Nuremberg. Si l’acquittement de von Papen cause quelque surprise, la sentence est généralement approuvée.

    Les commentateurs rendent hommage à la correction absolue et au sens très élevé des responsabilités dont les membres du haut tribunal allié ont fait preuve. Quelques journaux cependant formulent, après coup, certaines réserves sur le caractère de ce tribunal.

    La Suisse de Genève écrit par exemple : « Le tribunal à respecter les règles de la procédure qu’il s’était fixées. L’histoire ne lui fera pas le grief d’avoir juger hâtivement. Mais on peut se demander si l’autre procédure n’eût pas été préférable pour donner plus de valeur à la sentence. Si toutes les charges accumulées à Nuremberg avaient été produites devant des juges neutres, la sentence n’eût probablement pas été différente, si même elle n’eut pas été plus sévère, mais on eut à éviter ainsi de donner au peuple allemand l’impression de vainqueurs jugeant leurs vaincu ».

    L’accès de la zone d’occupation française est interdit à von Papen

    Les services de la Sûreté nationale de Baden-Baden ont refusé à Franz von Papen, fils de l’ancien diplomate, l’autorisation qu’il sollicitait pour son père de pénétrer en zone française.

    On sait en effet que von Papen désirait se rendre à Ravensburg, à 20 kilomètres au nord de Friedrichshafen sur le lac de Constance afin d’y occuper, en compagnie de sa femme, la propriété qu’il possède dans cette ville.

    Von Papen a demandé aux autorités britanniques l’autorisation qui lui a été refusée par les autorités françaises. Si elle lui est accordée, il se fixera chez sa fille, à Hambourg.

    Des Berlinois manifestent contre les acquittements

    Des groupes de jeunes gens, agissant sous l’inspiration du parti socialiste communiste unité, ont parcouru les rues du quartier Nord de Berlin en criant : « Nous exigeons la mort de tous les criminels de guerre ».

    Un mandat d’arrêt contre von Papen, Snacht et Fritsch

    Le procureur général de la Chambre civique de Nuremberg aurait lancé un mandat d’arrêt contre von Papen, Schacht et Fristsch

     


    votre commentaire
  • Cours de rattrapage sur la 2e guerre mondiale

    Suite à une polémique, les magistrats autrichiens devront suivre un module d'histoire du XXe siècle.

    Tous les magistrats autrichiens se verront obligés de suivre un module d'histoire du XXe siècle, consacré notamment à la seconde guerre mondiale.

    Cette mesure fait suite à la décision d'un parquet local qui avait choqué les survivants des camps de concentration nazis.

    Mi-février, le procureur de Graz (sud) avait semblé justifier des écrits d'un magazine autrichien d'extrême droite, qui avait qualifié de «criminels» les détenus libérés en mai 1945 du camp de Mauthausen, en Haute-Autriche.

    Le ministère autrichien de la justice a indiqué vendredi 11 mars 2016 vouloir tirer les conséquences de cette polémique en élargissant à l'ensemble des juges et des procureurs une formation à l'histoire des XIXe et XXe siècles, instaurée en 2009 pour les aspirants magistrats. Celle-ci inclut notamment une visite du camp de Mauthausen.

    Abandon des poursuites

    «Le fait qu'une portion non négligeable de détenus libérés s'est comportée en fléau pour la population est considéré comme une évidence par la justice et est uniquement contesté par les fétichistes des camps de concentration», avait écrit le magazine d'extrême droite Aula dans son édition de l'été 2015, imputant aux détenus libérés des «crimes» dans le voisinage du camp.

    Le parquet de Graz avait ouvert une enquête criminelle contre l'auteur de l'article pour négationnisme et incitation à la haine, mais avait ensuite abandonné les poursuites.

    «Il est plausible que la libération de plusieurs milliers de personnes du camp de concentration de Mauthausen ait représenté un fardeau pour les zones autrichiennes concernées», avait estimé le ministère public pour expliquer l'abandon des poursuites.

    200'000 détenus

    Parmi les centaines de milliers de déportés à Mauthausen ont figuré des prisonniers convaincus de «violences et atteintes aux biens». La possibilité que des actes criminels aient été commis à leur libération «ne peut être écartée», avait-il ajouté.

    L'Autriche, pays natal d'Adolf Hitler, annexée par l'Allemagne nazie en mars 1938, a longtemps prétendu avoir été une «victime» du nazisme. Quelque 200'000 personnes ont été envoyées au camp de concentration de Mauthausen. La moitié environ d'entre elles y ont péri, selon des chiffres qui ne prennent en compte que les détenus qui avaient été dûment recensés.

     


    votre commentaire
  • Shinzo Abe évoque les «souffrances» causées par le Japon

    A l'occasion du 70e anniversaire de la fin du conflit mondial, le Premier ministre japonais a exprimé ses condoléances.

    Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a exprimé ses «condoléances éternelles» pour les victimes de la guerre et qualifié d''inébranlables» les excuses passées du Japon, mais a appelé à en exempter dorénavant les générations d'après-guerre.

    «Au 70e anniversaire de la fin de la guerre, je m'incline profondément devant les âmes de tous ceux qui ont péri tant dans notre pays qu'à l'étranger. J'exprime mes sentiments de profonde peine et mes condoléances éternelles et sincères», a dit M. Abe dans sa déclaration officielle marquant l'anniversaire de la capitulation du Japon.

    Ce moment phare de la politique extérieure du Japon sera étudié de très près par les voisins asiatiques de l'archipel qui ont souffert du colonialisme japonais et des exactions de l'armée impériale pendant la première moitié du 20e siècle.

    «Le Japon a à maintes reprises exprimé ses sentiments de remords profonds et ses excuses sincères pour ses actes pendant la guerre», a dit le Premier ministre de droite, citant «l'histoire des souffrances des peuples d'Asie» et ajoutant que son pays s'était depuis la fin du conflit «constamment consacré à la paix et à la prospérité dans la région».

    Relations empoisonnées

    «Ces positions exprimées par les précédents gouvernements resteront inébranlables à l'avenir», a-t-il déclaré.

    «Au Japon, plus de 80% de la population est née après-guerre. Nous ne devons pas laisser nos enfants, petits-enfants et les générations suivantes, qui n'ont rien à voir avec la guerre, être prédestinés à s'excuser», a déclaré M. Abe, âgé de 60 ans. Excluant l'oubli, il a cependant ajouté: «Nous avons la responsabilité d'hériter du passé, en toute humilité, et de le transmettre pour l'avenir».

    L'expansion militaire du Japon entre 1910 et 1945 continue à empoisonner ses relations avec la Chine et la Corée du Sud, et ces pays décortiquent à chaque anniversaire les propos et gestes des politiques japonais. Un des sujets de la colère des pays d'Asie est celui des «femmes de réconfort», des milliers d'Asiatiques enrôlées dans les bordels de l'armée impériale nippone.

    Des millions de morts en Chine

    «Nous garderons gravé dans nos cœurs ce passé où la dignité et l'honneur de nombreuses femmes ont été gravement blessés pendant les conflits du 20e siècle», a dit M. Abe.

    La Chine affirme que plus de 20 millions de ses citoyens sont morts du fait de l'invasion japonaise, l'occupation et les exactions de l'armée. 300'000 auraient péri selon Pékin lors du sac de Nankin, une vague de tueries, viols et destructions perpétrés par les militaires nippons durant les six semaines qui ont suivi leur entrée dans cette ville le 13 décembre 1937. Selon des universitaires étrangers, le nombre de victimes serait toutefois nettement moins élevé.

    Les mots «excuses» et «agression» avaient été prononcés en 1995 dans un geste historique par un des prédécesseurs de M. Abe, Tomiichi Murayama, un socialiste. Dix ans plus tard, le Premier ministre conservateur Junichiro Koizumi avait employé les expressions fortes de «domination coloniale», «agression», «profonds remords» et «excuses».

    Tous les médias japonais insistaient vendredi 14 août sur le fait que M. Abe avait repris tous «les mots clefs» utilisés par ses prédécesseurs: «agression», «domination coloniale», «profonds remords» et «excuses sincères». Le Premier ministre avait été appelé ces derniers mois par des intellectuels japonais à réitiérer des excuses.

    Mais souligne Haruko Sato, professeur à l'Université d'Osaka (ouest), spécialiste des relations entre le Japon et la Chine, si «son message est intelligent», M. Abe «a exprimé beaucoup de choses d'un point de vue objectif plutôt que ses propres positions», à l'exception du passage sur les générations futures. «Il semble que le Premier ministre Abe juge de la responsabilité de son gouvernement de mettre fin à la diplomatie de l'excuse», résume-t-elle.

    «C'est une déclaration judicieusement formulée, de toute évidence le résultat d'intenses discussions internes. Elle parvient à réitérer les excuses du Japon sans les répéter au style direct, laissant à M. Abe une marge pour apaiser une partie de son auditoire national et satisfaire l'audience internationale», a commenté pour sa part Edward Griffith, spécialiste de l'Asie de l'University of Central Lancashire.


    1 commentaire
  • Berlin va indemniser des ex-prisonniers soviétiques

    Le gouvernement allemand va consacrer un montant de 10 millions d'euros afin d'indemniser 4000 anciens prisonniers de guerre soviétiques détenus dans les camps allemands entre 1941 et 1945.

    Berlin prévoit d'indemniser 4000 anciens prisonniers de guerre soviétiques détenus dans les camps allemands entre 1941 et 1945, a-t-on appris ce mercredi 20 mai de sources proches de la coalition gouvernementale. Un montant de 10 millions d'euros a été prévu à cet effet.

    Les chrétiens-démocrates de la chancelière Angela Merkel et leurs partenaires du Parti social-démocrate (SPD) se sont mis d'accord sur le versement de cette somme. Chaque prisonnier survivant devrait recevoir 2500 euros (près de 2700 francs).

    Quelque 5,3 millions de soldats de l'Armée rouge ont été faits prisonniers par les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale. Plus de la moitié ont péri en détention, exécutés, morts de faim ou de maladie.


    votre commentaire
  • Des survivants ont fait le voyage du souvenir à Buchenwald

     

    Septante ans jour pour jour après sa libération, Plus de 80 survivants de Buchenwald ont observé une minute de silence sur le site de l'ancien camp de concentration.

    Plus de 80 survivants de Buchenwald ont observé une minute de silence sur le site de l'ancien camp de concentration allemand, 70 ans jour pour jour après sa libération, a-t-on appris ce samedi 11 avril.

    «La minute de silence a eu lieu à 15h15», a expliqué une porte-parole de la fondation du mémorial de Buchenwald. Une heure choisie car elle correspond à celle de leur libération, a-t-elle précisé.

    Aux côtés des survivants, plusieurs vétérans de l'armée américaine et des représentants de la ville voisine de Weimar (est) ont assisté à la commémoration, a-t-elle raconté.

    Environ 250'000 personnes ont été emprisonnées dans le camp de Buchenwald, dont le prix Nobel de la paix Elie Wiesel et l'écrivain Stéphane Hessel, entre 1937 et 1945. Quelque 56'000 personnes y ont péri.

    Le camp de Buchenwald avait été libéré le 11 avril 1945, alors que la marche des troupes américaines sur Weimar avait provoqué la débandade des SS.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique